lirikcinta.com
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lirik lagu 03h53 – manger c’est tricher – casseurs flowters

Loading...

[intro]
je n’ai bu que quelques shooters et quelques pintes
sers-moi donc un verre, que j’me déglingue

[couplet 1 : gringe]
ok ! devinette :
qui est tellement imbibé, qu’si t’allumes ton briquet à côté d’lui, le mec prend feu direct ?
j’bois ça comme du p’t-t lait, et j’parle pas d’flacon d’actimel
défoncé, j’défie les lois d’la gravité comme david belle
la gueule boursouflée, j’ai pas d’escalope
heureus-m-nt j’ai mes gouttes pour les yeux… pool ! eye shot !
j’bois à m’en pourrir la glotte
j’arrive plus à marcher, j’craquelotte
j’pourrais souffler dans l’nez d’une femme enceinte pour qu’elle avorte
j’compte sur mes doigts combien il m’reste de clopes
hmm, quatre et demi…
puis j’déboule dans l’bar, on chamboule tout : “-connard, va ! espèce de loque !
-ha, merci !”, j’sens qu’j’commence à être frac-ssé
ouh j’vais finir arraché comme le scratch sur ta veste schott
barman ressers-moi quelques shots
frissons !
bientôt j’aperçois ce pâturage où pousse l’herbe de bison
j’cramponne une paire de nichons
j’trouve une excuse, loupé
j’m’écroule et j’prends la position du fœtus bourré

[refrain]
t’as des thunes ? j’crois qu’le grec il est encore ouvert, on pourrait y aller
“nan, manger c’est tricher !”
allez, faut qu’j’éponge là, y a personne qui connais un mac drive ?
“nan, manger c’est tricher !”
sinon on p-sse à l’épicerie, on prend une baguette, on la coupe en deux, on met du thon et…
“nan, manger c’est tricher !”
t’as pas juste deux euros qu’j’p-sse au p’t-t casino ?
“t’as même pas l’droit d’poser ton gobelet pour aller p-sser”

[couplet 2 : orelsan]
j’peux boire de l’eau et p-sser du whisky
mon corps une distillerie
j’avale -ssez d’liquide pour me noyer dans une piscine vide
j’arrive à conserver l’alcool et recracher l’jus d’pomme
j’vomis du bacardi : j’fais comme l’état, j’expulse du rhum
alcoolique anonyme, j’sais plus comment j’m’appelle
j’fais tous les bistrots d’la rue, j’fais des bars parallèles
sous pastis, j’suis dans la zone 51, j’m’écrase
j’descends plus de jaunes que les marines au vietnâm
j’ai la gorge en kevlar, la force avec laquelle j’me dégrade
c’est d’l’art, alors apporte le nectar
j’vais boire, n’importe quoi, d’l’alcool de betterave
teq’ paf, au mètre, au kilomètre, à l’hectare, désastre !
dans un état d’extase, voyage temporel, vodka, jetlag
comment ça, y’a pas d’alcool au kebab ?
j’fais disparaître un pack plus vite qu’le goûter d’un p’t-t obèse
j’parle pas d’écrire des couplets quand j’dis qu’finis trop d’seize

[refrain]
eh, y’a du monde chez toi, par rapport à ton frigo…
“nan, manger c’est tricher !”
tu crois qu’ils livrent encore les chinois à c’t’heure-ci, ou ils sont bourrés eux aussi ?
“nan, manger c’est tricher !”
hé, tu f’rais pas des pâtes à la carbonara, avec du jambon, des croûtons, des espadons…
“nan, manger c’est tricher !”
il reste une boîte de raviolis, on la met au micro-onde et…
“t’as même pas l’droit de poser ton gobelet pour aller p-sser”
sinon on la mange crue hein : c’est des l-stucru en plus…

[couplet 3 : gringe]
j’parle pas d’son âge si j’dis qu’j’me réveille avec une femme mûre
avec ma gueule de bois, si j’me rasais ça ferait d’la sciure
tu veux savoir à quoi j’carbure ? vodka pomme, poliakov
jusqu’à r’ssembler à grichka bogdanov
“j’vous sers une goutte de soho ?”
hein ? c’est pour les pucelles poupée, sers-moi de l’alcool coupé à des couilles de taureau
j’bascule de l’autre côté, f-ck obiwan
j’ai un mal de crâne qui filerait la migraine à un doliprane

[couplet 4 : orelsan]
“bzzzggggwaaaaaaaaa !”
c’est ma technique d’approche
j’suis qu’une sale poche
prend pas l’volant après m’avoir galoche
sado-maso, comment j’m’amoche
j’vois deux tableaux, j’commande la moitié du bar avant d’entendre la cloche
un mélange dans chaque poche, un flash dans chaque chaussette
j’ai raté beaucoup d’choses dans ma vie mais pas d’alcootest : jamais !
j’p-sse de timide à pathétique, -ssez vite
-ssez d’sucre en moi pour exterminer tous les diabétiques

[pont]
je n’ai bu que quelques shooters et quelques pintes
sers-moi donc un verre, que j’me déglingue
la la la la la
la la la la
la la la la la
la la la la

[outro de transition]
” g. – tiens, il reste un peu d’tise si tu veux
– oh les gars : oh putain, greenje, c’est greenje ! greenje, sa mère ! putain ! oh j’savais, même de dos tu t’ressembles, tu t’ressembles de dos…
g. – gringe, c’est gringe
– les gars vous faites quoi, vous faites quoi, vous faites quoi ce soir ? qu’est ce que vous faites ? j’ai une soirée putain, j’ai une soirée, vous venez avec moi les mecs ! vous faites quoi les gars, vous faites quoi, vous faites quoi ?
o. – on va s’coucher
g. – on s’rentre
o. – là on était en soirée mais…
– arrêtez les gars, j’viens d’vous croiser putain… rentrez pas !
g. – c’est cool mais on est un peu fatigué quoi
– ah putain…