lirikcinta.com
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lirik lagu notre fin – coeurneutre

Loading...

[paroles de « notre fin »]

et y’a tant d’choses que j’aimerais t’dire
et y’a tant d’choses que j’peux pas t’dire
il est minuit, j’suis sous la pluie ce soir
et dans ma tête c’est un désastre
entre nous c’est un désordre
mais c’est la faute à qui, ça s’passe comme ça
moi j’suis dans ma cave j’me tue, le soleil me tue dehors
j’fais que des putains d’sons tristes parce que l’logiciel sur lequel je rec c’est l’seul qui m’écoute vraiment
et toi tu m’casses vraiment les couilles
mais attends
c’est pas toi qui m’disait qu’tu voulais des années auprès d’moi ?
mais, mais, mais attends
c’est pas toi qui m’disait qu’tu voulais des gosses ?
c’est pas toi qui m’disait qu’tu voulais la vie calme ?
mais, mais attends
assis sur le trottoir d’en face j’regarde les gens qui rentrent chez eux
j’imagine leur vie, est*ce que, ils sont plus heureux que moi ?
est*ce qu’ils sont plus forts que moi ?
mais, mais, mais attends
pour l’instant j’survis, c’est dur, heureus*m*nt qu’y’a la musique
j’enchaîne les réveils c’est dur, de plus en plus dur
j’ai mis le réveil ça m’tue, ça m’tue de plus en plus
encore un son triste, désolé
encore un son triste, oublié
encore un autre mot, pas sorti
encore un souvenir, déchiré
déchirée, la photo d’toi qui restait dans mon porte*feuille
j’ai déchiré le dernier souvenir qu’j’avais d’toi
au bord d’la mer, quand on s’baladait
peut*être j’me trompe mais, j’crois qu’on s’aimait
si tu veux parler demain, j’suis sur la terrasse du café d’en face
elle est pas réceptive à la poésie, aux mots doux
t’es pas réceptive, j’trouve c’est malheureux

et y’a tant d’choses que j’aimerais t’dire
et y’a tant d’choses que j’peux pas t’dire
il est minuit, j’suis sous la pluie ce soir
et dans ma tête c’est un désastre
entre nous c’est un désordre
mais c’est la faute à qui, ça s’passe comme ça
moi j’suis dans ma cave j’me tue, le soleil me tue dehors
j’fais que des putains d’sons tristes parce que l’logiciel sur lequel je rec c’est l’seul qui m’écoute vraiment
et toi tu m’casses vraiment les couilles
mais attends
c’est pas pas toi qui m’disait qu’tu voulais des années auprès d’moi ?
mais, mais, mais attends
c’est pas toi qui m’disait qu’tu voulais des gosses ?
c’est pas toi qui m’disait qu’tu voulais la vie calme ?
mais, mais attends
assis sur le trottoir d’en face j’regarde les gens qui rentrent chez eux
j’imagine leur vie, est*ce que, ils sont plus heureux que moi ?
est*ce qu’ils sont plus forts que moi ?
mais, mais, mais attends
pour l’instant j’survis, c’est dur, heureus*m*nt qu’y’a la musique
j’enchaîne les réveils c’est dur, de plus en plus dur
j’ai mis le réveil ça m’tue, ça m’tue de plus en plus
encore un son triste, désolé
encore un son triste, oublié
encore un autre mot, pas sorti
encore un souvenir, déchiré
déchirée, la photo d’toi qui restait dans mon porte*feuille
j’ai déchiré le dernier souvenir qu’j’avais d’toi
au bord d’la mer, quand on s’baladait
peut*être j’me trompe mais, j’crois qu’on s’aimait
si tu veux parler demain, j’suis sur la terrasse du café d’en face
elle est pas réceptive à la poésie, aux mots doux
t’es pas réceptive, j’trouve c’est malheureux

j’suis dans ma cave et j’compte mes euros
j’ai vite fait l’tour, j’crois qu’jsuis malheureux