lirikcinta.com
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lirik lagu 1993 (freestyle) – graya

Loading...

[intro]
eh
1993 fréro

[couplet unique]
j’vis dans un monde où pour avoir la paix faut faire la guerre
cond*mné à faire des sous avec des armes
y a aucune pitié qui règne maintenant je fais avec
je réponds certe, meme quand je pleure y a plus de larmes
ca laisse des vis, ca t’écrase comme un verre de terre
les sentiments se perds, que des cœurs de pierrеs
là où t’as vis commence, tout en haut d’un grattе ciel
tu finis par terre, à faire des bras de fer
j’vis dans un monde où tu es bien si tu nés gangster
où tu n’es rien si tu nés pauvres et que tu ???
pas le temps de faire un deuil le lendemain encore un mort
j’conte plus le nombre de défins mais ceux qui vivent encore
là où je vis c’est pas l’amour qui nous fait vibrer
en bas de ma tour j’ai tout appris pas besoin d’les citer
j’vais tout expliquer, tu tournes autour on va t’inciter
mais comment rester cool, que des ecxités
dans mon quartier ca vends la mort à chaque porte
si tu t’embrouilles, faut porter tes couilles, pour ca que j’ai quatre glock
là où je vis, on t’envie, que des fous en vie
la seule chose dont j’ai envie c’est de quitter la ville
dans mon quartier j’ai rencontrer que des matérialiste, qui veulent te sucer, seulement si t’as du succès
elles veulent te pousser à claquer, vivre dans l’excès, de peur de te faire nexté, tu pourras pas les vexés
dans mon monde c’est pas un jeu y a pas de carton jaune
on voit rouge, pas de pardon et on se croise au jaune
on détaille, on gère nos affaires, y a pas de patrons celui qui balance on le froisse en taule
là où je vis mes amis sont mes pires ennemis
on te trahis, on te salis, c’est la tyrannie
j’ai grandis avec des couteaux dans le dos
et j’men suis sortis, qu’en ??? mon égo
(eh) dans cette vie on t’écrase comme un mégot alors j’allume la flamme, et j’éteins tou mes rivaux
d’où j’viens le nerf de la guerre c’est l’argent, personne n’y peut rien, meme pas monsieur l’agent
c’est décourageant, plus personne ne suit le droit chemin, j’écris ma vie sur un parchemin
là où je vis, on t’envie, que des fous en vie
la seule chose dont j’ai envie c’est de quitter la ville
les meurtres à m*rs*ille polluent ma ville
combien de mecs de tess auraient pus voter marine
devant l’argent on était tous unanime
tas laisser deux mères en pleurs, j’dirais c’est fous c’qui t’arrives
(eh) j’vois qu’le discours est fossé, pour arreter le trafic chez moi faut mettre un pieds dans le fossé
(eh) oui j’en ai fait des péchés, j’ai fait du bien, j’ai fais du mal, dieu seul pourra les peser
j’ai aucun mal à poser, on m’a dit biggy t’abuses, que des balances à crosser, fallait pas toucher la stup
(eh) fallait pas toucher la stup, j’suis passer des potes au carré vip sans quitter la zup
y a tout un tas de k*sos qui voudraient m’apprendre la partis
qu’est*ce que tu m’parles de taro ? c’est moi qui donne le tarif
(eh) c’est moi qui donne le tarif, la tete plaqué sur un billet, un peu comme pierre et marie
salope, salope

on va bientot plaquer nos tetes sur les billets comme à l’époque des francs
va leur dire que biggy est d’retour depuis 1993 fréro
enculé
enculé
13ème art music
enculé, va t’faire enculé